BERNARD LOUEDIN

Bernard Louedin "joue" avec la peinture tant il prend plaisir à décrire son imaginaire, faisant de la métaphore son expression favorite. En lisant ses toiles, on le dira "maniériste" tant la précision des détails surprend le regard. Mais ce qui importe au peintre, c'est qu'on entre dans son travail, un peu comme on répondrait à une invitation.

 

(…) Dans le regard implicite d’un petit prince de l’étrange, une image excite la magie d’en raconter l’histoire. Une pensée poétique suffit à faire surgir un vaisseau fantasmagorique de la brume ou une cavalcade fantastique où « l’enfance perdue » chevauche la nostalgie de ses propres légendes. Avec l’imaginaire pour Atlantide, Louédin navigue au long cours dans le sillage désincarné du rêve et les promesses d’une… possible renaissance (…).

Jean-Louis Avril, « Univers des Arts », 2004

 

.. Le parcours créatif de Bernard LOUEDIN ?

 

je fais de la peinture depuis 50 ans, de la tapisserie depuis 15 ans et de la sculpture depuis 5 ans. Chacune de ces disciplines constitue en permanence un renvoi aux deux autres et jalonne un cheminement perceptible au fil du temps.

 

... La sculpture ?

 

j'y suis venu par hasard et exécute essentiellement des bestiaires (oiseaux, chouettes, animaux bizarres et fantastiques). Je considère la sculpture comme une activité ludique, contrairement à la peinture qui nécessite d'être pensée, réfléchie. Je ne sais jamais d'avance ce que je vais réaliser, c'est selon comme ça tombe au départ".

J' utilise des matériaux à prise rapide, car une sculpture est toujours spontanée et ne demande jamais plus de cinq jours. En sculpture, je n'ai pas de métier, donc je n'ai pas de contrainte ! C'est pourquoi je considère la sculpture comme un jeu. µ

… La métaphore?

 

Je l'ai toujours utilisée. Au début, spontanément, presque instinctivement. Aujourd'hui, c'est plus réfléchi et voulu. Je considère que tout objet peut être placé dans un autre environnement que le sien. Il devient alors autre...

… Les instruments de musique ?

 

Je pourrais dire que je les aime parce que j'écoute beaucoup de musique. Mais, en fait, ce sont les instruments eux-mêmes que j'aime; j'aime leurs formes et j'aime les mettre en situation"

… L' art, une vitalité?

Un jour sans peindre ou dessiner me laisse toujours une sorte d'amertume, un regret ; le regret de m'être en partie égaré.

Non que la peinture comble tous mes désirs, mais elle les renouvelle, donne son poids au temps, aux heures de la vie, à l'appétit du lendemain.

La sensation, les soirs de fatigue, qu'une aube sera de nouveau présente pour le rendez-vous d'atelier, son odeur, son inquiétude silencieuse, m'offrent assez de réconfort et de ferveur pour goûter une sorte d'apaisement."

 

RETOUR/BACK