MARC THOUY
 

Attiré très tôt par le dessin, il le pratique assidûment pendant toute sa jeunesse. Cela le mènera aux Arts décoratifs de Nice où il prépare une formation de décorateur de théâtre.

En 1974, il s'intéresse à la peinture qui va prendre de plus en plus de place dans sa vie jusqu'à devenir sa principale activité. C'est dans l'oeuvre de Rubens, Rembrandt et Vélasquez que Thouy dit avoir puisé le plus d'enseignements, mais il avoue volontiers sa passion pour Manet. Assoiffé de quiétude, presque de silence, c'est dans la nature morte que THOUY a pu exprimer le mieux l'intimité et la richesse du dialogue avec la lumiére. Dialogue à huis clos où même le modèle n'a plus de raison d'être, à tel point que l'artiste peint ses natures mortes d'imagination... "Le sujet n'a l'importance que des émotions qu'il déclenche, sa restitution fidèle ne m'intéresse pas, seul compte le souvenir de l'ambiance à laquelle il a participé..."